Lancement des travaux du Comité scientifique des Rencontres Sectorielles dédiées au secteur de l’Agriculture

Monsieur Siaka Minayaha COULIBALY, Directeur de Cabinet du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), a procédé au lancement des activités du comité scientifique dans le cadre des Rencontres Sectorielles, le mardi 19 septembre 2017, à l’Hôtel Tiama.

Lire la suite

Publicités

Comité technique de concertation : Etat et secteur privé planchent sur des préoccupations 

Le Comité de concertation Etat/ Secteur privé (CCESP) est inlassablement en quête d’une parfaite harmonie entre l’administration publique et le secteur privé. C’est toujours dans cette perspective que s’est tenue, hier, au Plateau, la deuxième réunion de l’année du Comité technique de concertation (CTC), qui est la première instance du CCESP.

Lire la suite

Redevances des droits d’auteurs : Signature d’un protocole d’accord entre le BURIDA et les faitières de l’industrie touristique dans le cadre des Travaux du Comité Technique de Concertation.

Suite à la mise à exécution depuis le  1er janvier 2017 de la perception de la redevance dite de  droits voisins par le Bureau Ivoirien des droits d’Auteurs ( BURIDA)  conformément aux dispositions de la loi numéro 2016-555 du 26 juillet 2016 relative au droit d’auteur et aux droits voisins et du décret n°2015-271 du 22 avril 2015 fixant les attributions, l’organisation et le fonctionnement du BURIDA,les faîtières de l’industrie touristique, à savoir la FENITOURCI et la FNIH-CI ont saisi le Comité Technique de Concertation.

Lire la suite

Edition N°13 du Twins Magazine

Twins magazine, dans cette treizième livraison, a décidé de lever le voile sur la politique industrielle de la Côte d’Ivoire.
C’est donc tout naturellement que la rédaction a associé “Goldfinger” afin qu’il nous dévoile sa feuille de route sur la question.
Laissons-nous aller à la lecture des pages qui suivent, pour nous imprégner de la finesse et du doigté de “Goldfinger” et de sa golden touch…Bonne lecture et à très bientôt.

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SYSTEME INTEGRE DE GESTION DES IMPOTS EN COTE D’IVOIRE (SIGICI).


Pour toutes Observations, Préoccupations ou Suggestions sur l’activité économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, à travers la Direction Générale des Impôts, vous informe que le Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa SANOGO, a procédé,le 14 mars 2019 au 20ième étage de l’immeuble SCIAM, au lancement du Système Intégré de Gestion des Impôts en Côte d’Ivoire (SIGICI).

La mise en place de cette nouvelle plateforme numérique dénommée Système Intégré de Gestion des Impôts en Côte d’Ivoire (SIGICI) a pour but de simplifier et d’améliorer la qualité des services de la Direction Générale des Impôts.

En effet, cette nouvelle plateforme permet de disposer de données fiables concernant les activités de l’Administration fiscale en matière de :

  • Gestion des contribuables;
  • Suivi de la fiscalité professionnelle, de la fiscalité immobilière et mobilière;
  • Contrôle fiscal;
  • Recouvrement;
  • Comptabilité;
  • Statistique.

Le premier lot du SIGICI est désormais déployé à la Direction des grandes Entreprises (DGE), dont relèvent les entreprises ayant un chiffre d’affaires annuel supérieur ou égal à 3 milliards de francs CFA hors taxe.

Pour le recouvrement des Impôts et taxes, le SIGICI garantit un mécanisme de rapprochement bancaire automatisé avec une sécurisation des procédures d’encaissement et de génération des quittances sécurisées.

Dans les prochains mois, de nouvelles fonctionnalités seront intégrées dans le SIGICI pour prendre en compte les contribuables relevant des Centres des Moyennes Entreprises, ceux gérés par les Centres des Impôts et tous les services de la DGI.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre la Direction Générale des Impôts au contact suivant : Tél : 20 2110 90



Pour toutes Observations, Préoccupations ou Suggestions sur l’activité économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est la-voix-de-lopérateur800-1.jpg

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

RDV DU GOUVERNEMENT AVEC LE MINISTRE DE LA CONSTRUCTION, DU LOGEMENT ET DE L’URBANISME.


Observations, Préoccupations ou Suggestions sur le plan économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, à travers le Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, met à votre disposition les informations concernant la tribune « Les rendez-vous du Gouvernement 2019 » qui s’est tenuele 08 mars 2019 à la Primature avec pour thème spécial « Accès des populations au logement et à un meilleur cadre de vie ».

Cette rencontre avait pour objectif principal de communiquer sur la mise en œuvre des projets prioritaires du Gouvernement dans les secteurs qui impactent directement la population. Les échanges s’articulaient autour du développement de l’urbanisme, de l’habitat et du logement. Ainsi, les actions présentées se déclinent comme suit :

1- URBANISME :

L’adressage des villes et la restructuration des quartiers précaires à travers

  • L’élaboration de plans d’urbanisme de détail du Schéma Directeur d’Urbanisme du Grand Abidjan ;
  • des études d’urbanisme de l’ensemble des 75 chefs-lieux de département ;
  • la mise en place d’une commission d’approbation des lotissements sur la base de critères plus précis, adossés à un règlement d’urbanisme particulier afin d’éviter le désordre et l’anarchie urbaine ;
  • le renforcement des opérations d’aménagement et de constitution de réserves foncières ;

2- CONSTRUCTION :

Les chantiers peuvent être classés en trois grandes catégories

  • Les grands projets de construction en cours

Les projets de réhabilitation des tours A et B, de l’ « Esplanade de la Présidence de la République », le Palais des Hôtes, le démarrage des travaux de construction de la Tour F.

  • La sécurisation juridique et l’entretien du patrimoine immobilier de l’Etat

 Un projet de Code de la Construction et de l’Habitat en cours de rédaction, sera transmis au Gouvernement au plus tard à la fin du mois de mars 2019 pour adoption.

  • La gestion des activités de construction

Une plateforme en ligne d’instruction du dossier de Permis de Construire sera mise en place ainsi qu’un certificat de conformité après exécution des travaux et du renforcement du contrôle et du respect des règles et normes de construction.

3- LOGEMENT :

Le Programme Présidentiel de Logements Sociaux et Economiques se poursuit à travers les actions suivantes :

  • Mobilisation du financement nécessaire à la finalisation des VRD primaires (Cité ADO, Bingerville, Songon, Modeste, etc.);
  • Mise en place d’un dispositif pérenne de financement du logement social;
  • Recrutement de promoteurs immobiliers disposant de capacités techniques et financières de production de masse de logements.
  • Révision à la baisse des prix des logements sociaux et économiques
  • Développement d’une offre de logements locatifs (SICOGI, Caisses de retraite, etc.).

Pour toute information complémentaire, merci de joindre le Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme au contact suivant : Tél : 20 50 78 68


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DE MARCHE PUBLIC A FIN 2018.


Observations, Préoccupations ou Suggestions sur le plan économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), à travers le Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat met à votre disposition les informations sur la situation des opérations de passation des marchés publics à fin 2018, suite à l’adoption en Conseil des Ministres de la Communication y afférente en date du 27 février 2019.

A la fin de l’année 2018, le montant des marchés approuvés s’élève à 1 189,71 milliards de FCFA contre 915,81 milliards de FCFA en 2017, soit une hausse de 29,9%, pour 4 835 marchés (en nombre) approuvés. La valeur totale des marchés publics approuvés est répartie comme suit :

  • 951,270 milliards de  FCFA approuvés par des procédures concurrentielles c’est-à-dire des appels d’offres ouverts et restreints, et représentant 80,0 % du montant total des marchés approuvés à fin décembre 2018 contre 67,2% à fin décembre 2017 ;
  • 214,583 milliards de FCFA approuvés par des procédures non concurrentielles (gré à gré, avenants, conventions, lettres de commande) représentant 18,0% du montant total des marchés approuvés à fin décembre 2018 contre 30,2% à fin décembre 2017 ;
  • 23,859 milliards de FCFA approuvés par des procédures simplifiées (compétition limitée, compétition ouverte) représentant 2,0% du montant total des marchés approuvés à fin décembre 2018 contre 2,7% à fin décembre 2017 ;

Le délai moyen de passation des marchés (du traitement du dossier d’appel d’offre à la notification de l’approbation du marché) a baissé, passant de 108,3 jours en 2017 à 97,3 jours en 2018, soit une baisse de 11 jours

En vue d’améliorer le cadre de gestion de la commande publique, le Gouvernement entend :

  • Accélérer le processus d’installation des Cellules de Passation des Marchés Publics (CPMP) au sein des ministères ;
  • Etendre à quinze (15) ministères par semestre, à compter de janvier 2019, le processus de déploiement de l’applicatif relatif à la dématérialisation des procédures de passation des marchés publics.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre la Direction Générale du Budget et des Finances (DGBF) aux contacts suivants :Tél : 20 21 63 61  / Fax : 20 21 26 18


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

ATELIER DE MISE EN RELATION DES FOURNISSEURS LOCAUX AVEC LES GRANDES ENSEIGNES DU TOURISME, DE LA DISTRIBUTION ET DE LA RESTAURATION


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), en liaison avec la Société Financière Internationale (SFI) et l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), vous informe que s’est tenu le mardi 5 mars 2019, l’Atelier de mise en relation des fournisseurs locaux avec des entreprises phares dans le secteur du tourisme en Côte d’Ivoire,.

Ce atelier s’inscrit dans le cadre du Programme de Tourisme régional de l’Afrique de l’Ouest financé par l’USAID et qui vise, à travers l’assistance technique de la SFI, à accroître la part des entreprises ivoiriennes dans la chaîne d’approvisionnement des grandes enseignes du Tourisme d’affaires, de la Grande Distribution et de la Restauration implantées à Abidjan, en substitution aux importations.

Dans la phase actuelle d’amorçage, les filières fruits et légumes, viande et cosmétiques ont été retenues car elles présentent le plus fort potentiel en termes de demande des acheteurs des grandes enseignes et d’offre de production locale.

L’atelier s’est articulé autour de plusieurs temps forts. :

  • la présentation des travaux de rénovation de l’abattoir de Port-Bouët et des perspectives en matière de maîtrise sanitaire et de gestion des déchets ;
  • la présentation de cinq (05) grandes enseignes portant sur leurs procédures, standards et volumes et coûts d’achat des produits (fruits et légumes, viande et cosmétiques) estimés en moyenne à 815 000 000 FCFA par enseigne  ;
  • les rencontres B to B entre les services achats des cinq (05) enseignes et une première sélection de trente PME productrices locales des trois filières en vue d’évaluer leur potentiel et établir un début de relation d’affaires acheteurs/fournisseurs.

Au titre des prochaines étapes, les PME retenues sur recommandations des acheteurs des grandes enseignes bénéficieront de l’assistance technique des experts de la SFI pour une mise à niveau et la signature de contrats commerciaux.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé aux contacts en bas de page.

Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

FINANCES PUBLIQUES : DES BONS POINTS A RELEVER.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le septième rapport de la banque mondiale sur la situation économique de la Côte d’Ivoire publié en juillet 2018 révèle que le pays enregistre de bonnes performances. Les différents secteurs de l’économie ivoirienne se comportent bien et sont au vert. Le ministère de L’Economie et des Finances dans sa note de conjoncture de fin juin 2018 revient sur les maillons forts de l’économie ivoirienne. L’un des aspects très important, ce sont les finances publiques.

Au niveau des recettes totales et des dons, elles se chiffrent à 2416,2 milliards FCFA pour un objectif attendu de 2388,4 milliards FCFA, ce qui dénote d’une plus-value de 27,8 milliards FCFA. Les recettes totales et dons enregistrent une plus-value de 76,0 milliards FCFA par rapport à fin juin 2017 de la même période. L’on constate une amélioration dans la mobilisation des recettes fiscales. Celles-ci ont été recouvrées à hauteur de 1962,7 milliards FCFA contre un objectif de 1959,6 milliards FCFA, soit une plus-value de 3,1 milliards FCFA.

Au niveau de la fiscalité intérieure, (hors recettes affectées), il en ressort une plus-value de 46,2 milliards FCFA à savoir 999,7 milliards FCFA au premier semestre 2018 contre un objectif de 953,5 milliards FCFA. Une meilleure collecte des impôts, des taxes, des patentes, des licences ont été permis d’aboutir à cette plus-value. Concernant la fiscalité de porte, on enregistre une moins-value de 28,7 milliards FCFA, sur 894,7 milliards FCFA prévus, les recouvrements sont ressortis à 866,0 milliards FCFA. Ce manque à gagner s’explique par un volume déficitaire de marchandises générales en droit commun par rapport aux prévisions (4,9 millions de tonnes en réalisation contre 5,8 millions de tonnes attendus).

Egalement, les taxes sur les produits pétroliers (-29,4 milliards FCFA) sont en baisse à cause des niveaux de taxations inférieurs aux prévisions (gasoil : 166,82 francs/litre pour un objectif de 171,19 francs/litre et super carburant : 145,67 francs/litre pour un objectif de 149,67 francs/litre) et par des volumes mis à la consommation du super en deçà de l’objectif (463,4 millions litres contre un objectif de 545,1 millions de litres). Du côté des recettes non fiscales, il faut noter un surplus de 62 milliards FCFA, sur un objectif de 258,1 milliards FCFA attendus, 320,6 milliards FCFA ont été récoltés. Cet écart positif des recettes non fiscales s’explique par des cotisations (+14,5 milliards FCFA), des redevances de téléphonie mobile (+38,3 milliards FCFA) et des bonus de signature (+5,6 milliards FCFA).

Sur la question des dons, ils sont en dessous des attentes, c’est-à-dire pour 170,7 milliards FCFA attendus contre 132,9 milliards FCFA mobilisés. Le commerce extérieur quant à lui, enregistre une chute des exportations (-13,1%) et un accroissement des importations de 12,8%. Sur la situation monétaire, elle est marquée par une hausse de la masse monétaire.

Le secteur bancaire joue un rôle actif dans l’économie et selon toujours l’enquête de conjoncture, ce secteur observera un contexte de stabilité des prix des services bancaires au quatrième semestre 2018. Pour le marché boursier, il est marqué par le recul des indices boursiers et une hausse de la capitalisation boursière. Tous ces chiffres sur les finances publiques ivoiriennes traduisent une bonne santé de l’économie ivoirienne, des perspectives prometteuses, avec la poursuite des grands chantiers. 


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

ECONOMIE : LA COTE D’IVOIRE PAYE PLUS DE MILLE MILLIARDS POUR SA DETTE INTERIEURE EN 2018 


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Dans le cadre de la poursuite d’une gouvernance transparente, l’Etat ivoirien a publié la situation du règlement de sa dette intérieure pour l’année écoulée.

L’Etat ivoirien a rendu public le règlement de sa dette intérieure. Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat /Secteur Privé (CCESP), à travers la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, a présenté l’état des paiements réalisés en 2018, au titre de la dette fournisseurs de l’Etat et de ses démembrements.

C’est au total, 1 046,52 milliards de francs CFA qui ont été dégagés en faveur des fournisseurs et prestataires de service de l’Etat, des Collectivités Territoriales et des Etablissements Publics Nationaux à la date du 27 décembre  2018. Cette enveloppe prend en compte les dépenses de l’Etat central pour 776,46 milliards de francs CFA. Au titre des dépenses des Collectivités Territoriales (Districts, Régions et Communes), se sont  99,50 milliards de francs CFA qui ont été dégagés et 170,56 milliards de francs CFA pour les Etablissements Publics Nationaux.

Ces sommes ont été réglées au profit d’un nombre total de 10 029 fournisseurs et prestatairessur le territoire national. Elles se composent de 465,30 milliards de francs CFA de reliquat des dépenses liées à l’exercice 2017 et de 581,22 milliards de francs CFA de dépenses au titre de la gestion 2018.

Par ailleurs, il convient d’indiquer que, sur l’ensemble des sommes allouées à l’apurement des créances des entreprises, un montant de 491,31 milliards de francs CFA représentant 47% de l’ensemble des paiements a été affecté aux dépenses de trois secteurs prioritaires de l’économie nationale. La répartition ainsi faite consacre 208,76 milliards de francs CFA pour le secteur des Infrastructures Economiques, 211,47 milliards de francs CFA au titre de l’Education et 71,09 milliards de francs CFA au profit du secteur de la Santé.

Ces décaissements traduisent la volonté du gouvernement de respecter ses engagements et surtout de dynamiser davantage le secteur de l’économie.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

COTE D’IVOIRE/BUDGET 2019 : LE GOUVERNEMENT ENTEND RENFORCER SES ACTIONS EN VUE DE L’AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES POPULATIONS


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le budget 2019 s’équilibre en ressources et en dépenses à 7 334,3 milliards. Il enregistre une hausse de 578,1 milliards par rapport au budget 2018, soit une progression de 8,6%.

Soumis à l’examen des députés, le projet de loi de finances, portant budget de l’Etat pour l’année 2019 d’un montant de 7.334.334.007.906 FCFA a été adopté le 27 septembre dernier. La progression de 8,6% enregistrée reflète les ambitions du Gouvernement traduites dans le PND 2016-2020 et contribue ainsi à accélérer l’atteinte des objectifs d’émergence de la Côte d’Ivoire. En effet, ce budget met un accent particulier sur la continuité des actions d’accroissement de l’offre d’infrastructures socio-économiques ainsi que des services de base de qualité ; notamment dans le système éducatif et dans le secteur de la santé de façon équitable et accessible. Par ailleurs, il consacre un appui notable au renforcement de la sécurité à travers la mise en œuvre des lois de programmation militaire et de sécurité. Ce budget accorde également une place prépondérante à l’amélioration de l’accès à l’eau potable, à l’électrification rurale, à l’assainissement et favorise davantage la création d’emplois en particulier des jeunes. En somme, le budget 2019 sera focalisé essentiellement sur l’accroissement des actions de lutte contre la pauvreté et la réduction des disparités sociales. Il est à noter que des mesures adéquates d’encadrement des acteurs de la dépense, visant la bonne exécution budgétaire, seront mises en œuvre en vue d’atteindre les objectifs visés. Dans cette optique, les réformes nécessaires à l’amélioration de la performance du recouvrement des ressources seront poursuivies et le contrôle a priori sera renforcé. En outre, le respect de la discipline budgétaire et l’amélioration de la capacité d’absorption des crédits liés à l’investissement feront l’objet d’un suivi particulier. Par ailleurs, les dispositions en cours seront poursuivies en vue d’un accroissement progressif du budget.

A travers donc ce budget, le gouvernement entend renforcer ses actions en vue de la transformation structurelle de l’économie et de l’amélioration continue des conditions de vie des populations.

Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

TOURISME D’AFFAIRES EN COTE D’IVOIRE : UN PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DE L’APPROVISIONNEMENT LOCAL INITIE.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


 L’USAID, la SFI, en collaboration avec le Comité de Concertation Etat / Secteur Privé (CCESP), ont organisé le 5 mars 2019, un atelier de mise en relation d’affaires des fournisseurs locaux avec des entreprises phares dans le secteur du tourisme en Côte d’Ivoire. L’objectif premier de cette rencontre, visait à ‘’établir une rencontre entre les grandes enseignes du secteur du tourisme à Abidjan et une première vague de potentiels fournisseurs locaux, afin d’affiner et de saisir les opportunités d’affaires, tout en identifiant les besoins d’appui éventuels à déployer pour faciliter et pérenniser cette collaboration. Les acheteurs ont saisi l’opportunité de ce programme dédié d’assistance technique financé par l’USAID et la SFI pour  présenter leurs structures ainsi que les produits spécifiques pour lesquels ils souhaitent être approvisionné localement. Acheteurs et fournisseurs se sont entretenus sur les conditions d’achats ainsi que sur d’autres problématiques afin d’avoir une connaissance affinée de la demande dans les trois filières retenues que sont les fruits et légumes, la viande et les cosmétiques.

Les rencontres B to B qui ont été organisées à cet effet, ont permis de rencontrer une première sélection de fournisseurs et d’évaluer leur potentiel dans cette dynamique qui vise à substituer des produits encore importés par des produits locaux. Cette démarche implique de connaître les défis auxquels doivent s’attendre les fournisseurs et les obstacles à lever afin d’établir un début de relation de partenariat acheteur/fournisseurs’’.

Monsieur Alain Traoré, chef de programme à la SFI, a indiqué lors de son allocution que le secteur du tourisme d’affaire à Abidjan est un levier essentiel pour le développement de l’économie à travers la création d’emplois et de la valeur ajoutée directe, ainsi que des revenus indirects générés au niveau des chaines d’approvisionnement. Il a cependant relevé certains freins qui limitent les retombées positives des actions mises en œuvre pour l’accroissement de la part de la production locale dans le secteur du tourisme d’affaire à Abidjan. Il s’agit particulièrement d’une asymétrie d’informations entre acheteurs et fournisseurs.  Les fournisseurs ne sont pas informés des opportunités et les acheteurs peinent à identifier les fournisseurs capables de leur apporter ce dont ils ont besoin. On relève par ailleurs des faiblesses dans l’offre locale, notamment l’insuffisance des fournisseurs locaux à répondre aux besoins des acheteurs et de leurs clients en termes de qualité, de volume, et de viabilité’’, a-t-il expliqué. Poursuivant, il a tenu à préciser que l’initiative de la SFI  d’accompagner le secteur à travers le programme du tourisme régional de l’Afrique de l’ouest,  vise à approfondir la collaboration avec les grandes enseignes du secteur afin d’accroître la part locale des approvisionnements dans les filières des fruits et légumes, de la viande et des cosmétiques identifiées comme présentant un fort potentiel’’.

A sa suite, Madame le Secrétaire exécutif du Comité de Concertation Etat/ Secteur Privé (CCESP), Mariam Fadiga Fofana a exprimé le soutien et l’engagement de l’Etat ivoirien à accompagner cet appui de la Société Financière Internationale (SFI). « L’ambition du gouvernement est d’accroître la part de la production nationale dans l’approvisionnement du tourisme d’affaire et de la grande distribution par le biais d’une approche d’assistance technique pour des partenariats commerciaux fructueux avec les grandes enseignes. Cette ambition passe d’une part, par la mise à niveau de l’offre locale au standard de variété de qualité, de quantité, de régularité et de traçabilité des acheteurs et d’autre part par l’établissement de prix et de délais de paiement qui leur garantissent une marche bénéficiaire convenable et adaptée » a-t-elle ajouté. Elle a également réitéré l’engagement du CCESP à être à l’écoute permanente de l’ensemble des parties impliquées, à rechercher les solutions visant à stimuler le développement des pme et à favoriser la relation commerciale avec de nouvelles enseignes.

La représentante du Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Madame Mariama Koné à quant à elle, encouragé les fournisseurs à s’inscrire dans ces initiatives qui leur permettront de ‘’développer des compétences au plan professionnel à travers qualité de leurs produits et services’’, avant de déclarer ouvert cet atelier.    


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

BILAN DES ACTIVITES DU CEPICI 2018.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, à travers la Direction Générale du Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire, vous informe que la « conférence de presse : bilan des activités du CEPICI 2018 » s’est tenue le 21 février au Palm club hôtel.

Cette cérémonie a été l’occasion pour le Directeur Général du CEPICI, Monsieur Emmanuel Esmel ESSIS de présenter le bilan de sa structure en terme de création d’entreprises et de flux d’investissement agrées.

1- Création d’entreprises

  • Le nombre de sociétés créés en janvier 2018 est de 14 812 contre 11 800 en janvier 2017, soit un accroissement de 26%,
  • Le nombre moyen de sociétés créés par jour est de 60 en janvier 2018 contre 48 en janvier 2017, soit une variation de 26%,
  • Le nombre d’emplois prévisionnels en janvier 2018 est de 14 993 contre 18 928 en janvier 2017, soit une baisse de 21%.

Ce taux d’accroissement de 26% de création se reparti dans les secteurs d’activité suivants :

  • 50% dans le secteur de Prestation de services (14812 entreprises créées),
  • 29% dans le secteur du Commerce,
  • 13% dans le secteur du BTP,
  • 7% pour les autres entreprises (transport, éducation et formation, communication, santé, etc.)
  • 1% dans le secteur des Industries, Mines et énergie

2- Flux d’investissements agréés 

  • Le nombre de sociétés agréées de janvier à décembre 2018 est de 274 contre 227 de janvier à décembre 2017, soit une évolution de 21%,
  • Le volume des intentions d’investissements est de 703 milliards de FCFA de janvier à décembre 2018 contre 466 milliards de FCFA de janvier à décembre 2017, soit une évolution de 51%,
  • Le nombre d’emplois générés de janvier à décembre 2018 est de 8 767 contre 5 808 de janvier à décembre 2017, soit une évolution de 51%.

La dynamique sectorielle des intentions d’investissements agréés se présente comme suit :

  • Agro-industrie : 27%
  • Autres (Pétrole & énergie, Industrie extractives, Industrie cosmétique, Santé, Agriculture) : 25%
  • Transport et entreposage : 24%
  • BTP : 9%
  • NTIC : 6%
  • Industrie du plastique : 4%
  • Hôtellerie-restauration : 3%
  • Prestation de services : 2%

Pour toute information complémentaire, merci de joindre la Direction Générale du Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire au contact suivant : Tél : 20 31 14 00.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

INAUGURATION DU CANAL DE VRIDI ELARGI ET APPROFONDI.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, à travers la Direction Générale du Port Autonome d’Abidjan, vous informe que le Premier Ministre, Ministre du Budget et du portefeuille de l’Etat, S.E.M. Amadou GON COULIBALY a procédé à « l’inauguration du canal de Vridi élargi et approfondi », le 21 février 2019.

Ce projet dont la première pierre a été posée le 6 Octobre 2015, a pour objectif général de permettre au Port d’Abidjan d’accueillir les plus grands navires fréquentant les Côtes Africaines.

Ainsi le PAA disposera des atouts suivants :

  • Accueillir les navires porte-conteneurs et conventionnels sans limitation de longueur avec 16m de TE (contre 260 de long max et 12m de TE actuellement),
  • Améliorer la sécurité et la sureté de la navigation dans le canal,
  • Supprimer les temps d’attente dus à la fermeture de canal pour certains types de navires,
  • Accroitre l’attractivité du Port d’Abidjan pour les amateurs.

Ce projet d’un coût global de 150 milliards FCFA dont un prêt de 127,5 milliards FCFA de Eximbank de Chine (85%) et 15% de fonds propres du PAA soit 22,5 milliards, permettra en terme d’impacts :

  • Économiques
  • Economie d’échelle pour les chargeurs et les armateurs grâce à la possibilité d’accueillir désormais de grands navires,
  • Gain de temps pour les navires,
  • Plus de compétitivité au niveau de la capacité d’accueil et des prestations du Port Autonome d’Abidjan,
  • De nouvelles opportunités pour les opérateurs et les investisseurs,
  • Des souplesses pour les chargeurs et les industriels opérant et particulièrement ceux des pays de l’interland pour qui les économies d’échelle restent un challenge de choix,
  • Suppression des fenêtres d’entrée et de sortie permettant ainsi aux navires d’entrer au Port d’Abidjan à tout moment sans attendre en rade extérieure (gains de productivité pour les navires),
  • Une partie des gains de productivité est captée par l’économie nationale,
  • Réduction du coût de l’escale et partant du taux de frêt,
  • Baisse à terme du coût du frêt maritime.
  • sociaux

Pendant les trois ans qu’ont durés ces travaux, de 2015 à 2018, ce sont près de 1800 emplois directs dont 350 chinois et 1450 ivoiriens qui ont été créés.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre la Direction Générale du Port Autonome d’Abidjan au contact au Tél : +225 21 23 80 00.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci