SECTEUR FERROVIAIRE : DE GRANDS PROJETS ANNONCES PAR LE GOUVERNEMENT IVOIRIEN.

Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


Le 12 janvier dernier, le ministère des Transports dirigé par Monsieur Amadou KONE avait publié plusieurs projets de construction et de réhabilitation du secteur ferroviaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit de« La construction, financement et exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan. La réhabilitation et exploitation de l’axe ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Kaya. La construction et exploitation de la ligne de chemin de fer Ouagadougou – Niellé- Sikasso – Bougouni, puis, de la construction du chemin de fer minéralier(San-Pedro – Man – Touba – Odienné – Bougouni) ».

Parmi lesdits projets, certains ont connu des avancées, alors que d’autres sont encore en prévision. Les plus avancés sont notamment ‘’la construction,financement et exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan’’, et ‘’la réhabilitation et exploitation de l’axe ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Kaya’’. 

Selon le Ministre des Transports, ce projet de ‘’Construction, Financement et exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan’’, qui a été lancé le 30 novembre 2017, est évalué à 1 milliard d’Euro, soit la bagatelle de 656 milliards Fcfa. Ce qui permettra la mise en place d’un système de transport ferroviaire urbain et suburbain de 37,5 Km, de type métro qui desservira la ville d’Abidjan sur l’axe nord-sud reliant la commune d’Anyama à celle de Port-Bouët (jusqu’à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny) en 20 Stations.

Pour faire bouger les choses, le Président de la République, Monsieur Alassane Ouattara, a annoncé la mise en place d’un Comité de haut niveau, à l’issue d’un entretien avec son homologue français, Monsieur Emmanuel Macron, le 20 avril à l’Elysée (France).

 Le projet de ‘ »réhabilitation et exploitation de l’axe ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Kaya’’, a pour objectif de réhabiliter les infrastructures ferroviaires existantes entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, et de relancer et redynamiser l’exploitation des transports publics ferroviaires internationaux de voyageurs et de marchandises.

 Ces travaux permettront la modernisation et le développement des services de transport de marchandises et de voyageurs par train, avec plus d’un million de tonnes et 250 000 voyageurs par an, à partir de 2021. Ils participeront aussi à la croissance de projets miniers notamment le transport du minerai de manganèse en provenance de la mine de Tambao (Burkina-Faso).  Lesdits travaux consisteront à renouveler la plateforme et la super structure ferroviaire, la modernisation des ouvrages d’art et ouvrages hydrauliques, la restauration des gares et des ateliers de maintenance, l’assainissement des zones inondables, gares et voies stratégiques ainsi que la sécurisation des passages à niveau. La Sitarail est le concessionnaire de ces travaux estimés à 534 Millions d’euro soit 350 milliards de Fcfa et qui ont été lancés le 4 décembre 2017 à la gare Lagune de la Sitarail au Plateau. Cette première phase de réhabilitation et de modernisation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou,a été faite par le Ministre ivoirien des Transports Amadou Koné et son homologue burkinabé, Souleymane Soulama.

Évalué à 122 millions  d’Euro, soit un montant de 80 milliards Fcfa, le projet de  « Construction et exploitation de la ligne de chemin de fer Ouagadougou – Niele – Sikasso – Bougouni » est une partie du vaste projet de liaison ferroviaire entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Celui-ci constitue un embranchement de la voie ferrée existante à partir de la ville de Ouagadougou, en Côte d’Ivoire, avec un prolongement jusqu’à Bougouni. C’est également un maillon clé du monitor Trans-sahélien qui assurera le raccordement des capitales du Sénégal, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso par un réseau ferroviaire dont la zone d’attraction rayonne sur une distance de 2 954 km. Ce qui facilitera les mouvements des hommes dans la sous-région.

Le projet de« construction du chemin de fer minéralier (San-Pedro – Man – Touba -Odienné – Bougouni) », permettra quant à lui, de réaliser une liaison ferroviaire entre le Port de San-Pedro et le Mont Nimba, en passant par les sites de gisements de nickel de Biankouma-Touba et du Mont Klahoyo, en Côte d’Ivoire et les sites des gisements de fer de la Guinée. Il est évalué à 1 829 milliards d’Euro, soit 1 200.000 milliards Fcfa.

 Pour en savoir davantage sur le secteur ferroviaire ivoirien, le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation entre l’Etat et le Secteur Privé (CCESP), dirigé par Madame Mariam Fadiga Fofana a décidé de dédier la 5ème édition des Rencontres Sectorielles (RS) au secteur des Transports en Côte d’Ivoire. Cela va donner lieu à une cérémonie au Sofitel Hôtel Ivoire le Mercredi 12 décembre 2018, à partir de 14 h 30 autour du thème : « Contribution du dialogue public-privé à la performance du secteur des transports ».

Cette cérémonie vise à renforcer le dialogue public-privé autour de la Politique et des initiatives de développement du secteur des Transports afin de susciter l’implication des parties prenantes dans leur mise en œuvre et améliorer la compétitivité des différentes composantes du secteur.

De façon spécifique, il s’agira au cours de cette rencontre de présenter les résultats des travaux du Comité Scientifique et recueillir les orientations du Ministre des Transports pour solutionner les problématiques identifiées ; recueillir les contributions des acteurs privés du milieu des Transports pour la mise en œuvre de la politique et des réformes ; vulgariser la politique et les réformes entreprises par le Ministère des Transports en faveur des acteurs du secteur.

Les différents échanges et partages d’expérience donneront de toucher les questions de l’accroissement de la mobilité dans nos grandes villes ; le développement des infrastructures portuaires ; la réglementation au niveau maritime ; le développement du hub aéronautique Abidjan ainsi que l’émergence de nouveaux pôles de croissance à l’intérieur du pays.

Cette présente édition des « Rencontres Sectorielles » est organisée par  le Secrétariat Exécutif du CCESP, en collaboration avec le Ministre des Transports et la co-présidence du Ministre de l’Économie et des Finances. Ces rencontres annuelles visent l’amélioration permanente du dialogue entre l’Etat et le Secteur Privé. Ainsi, après plusieurs mois de travaux en commission, le comité scientifique procédera à l’exposé en présence du Ministre Amadou Koné, des préoccupations et des ébauches de solutions recueillies auprès de tous les acteurs du secteur.

L’édition précédente des Rencontres Sectorielles tenue l’an dernier s’était intéressée au secteur de l’Agriculture à travers le thème : « Dialogue Public-Privé constructif pour un secteur agricole performant ».


Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

Publicités

TRANSPORT MARITIME : UN SECTEUR EN PLEINE « RÉINVENTION »

Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


Le transport maritime a et continue de contribuer fortement au développement économique de la Côte d’Ivoire. L’impact de ce secteur s’illustre par les activités des ports d’Abidjan et de San-Pedro. Ceux-ci sont une porte d’entrée pour les investisseurs locaux, étrangers et le vaste marché tournée vers l’hinterland. Conscientes de cet atout majeur et face à une compétition très rude des autres pays, les autorités ivoiriennes travaillent sans relâche, pour rendre les ports plus attractifs et compétitifs. Des missions sont périodiquement effectuées auprès de certains pays de l’Afrique de l’Ouest, pour les rassurer de la meilleure accessibilité des ports ivoiriens et des coûts de passage portuaires.  

Egalement,au niveau intérieur, le ministère des Transports, avec l’appui des autres ministères techniques ne cessent de travailler à rassurer et assouplir les démarches administratives des différents exportateurs, importateurs et usagers.

Au niveau institutionnel, le gouvernement  entreprend de nombreuses réformes pour redynamiser le transport maritime.  Ils’agit de l’adoption d’un nouveau code maritime, la promotion de la création de sociétés maritimes assurant le cabotage et le transport lagunaire par bateaux-bus,la création d’une flotte de navires battant pavillon ivoirien, le démarrage des travaux d’élargissement et d’approfondissement de la passe d’entrée du Vridi,pour permettre au Port d’Abidjan d’être le seul port d’Afrique de l’Ouest capable d’accueillir des bateaux de 25000 à 50000 tonnes. Plus, le remblai de 300 hectares dans le domaine du Port Autonome d’Abidjan (PAA), l’aménagement des quais du Port Autonome d’Abidjan, avec un tirant d’eau de 15 m nécessaire à l’installation du 2ème terminal à conteneur, la construction d’un terminal céréalier au Port Autonome d’Abidjan, le démarrage des travaux de construction d’un port minéralier intégré à San-Pedro, le démarrage des travaux de construction d’un nouveau terminal à conteneurs au Port Autonome de San-Pedro.Avec les nombreuses congestions, au niveau de la zone portuaire d’Abidjan, i lest prévu la construction d’un port sec avec une zone logistique et un parking poids lourds dans la zone PK 24, 25, 26 et la construction et le renforcement des voies de dessertes du Port d’Abidjan.

Tout ce plan vise à repositionner les deux ports ivoiriens, pour faire de la Côte d’Ivoire, un grand hub du transport maritime en Afrique. Le gouvernement entête, et le ministère des Transports au cœur de l’activité maritime devra toujours travailler de concert avec le secteur privé, pour une économie ivoirienne toujours plus performante.

C’est à juste titre que la 5ème édition des « Rencontres Sectorielles » est dédiée aux Transports avec une lucarne sur le secteur maritime le mercredi 12 décembre prochain au Sofitel Hôtel Ivoire à partir de 14h30. A travers le thème : « Contribution du dialogue public-privé à la performance du secteur des transports », le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation entre l’État et le Secteur Privé (CCESP), dans le cadre de sa mission principale de gestion du Dialogue Public-Privé en Côte d’Ivoire a initié depuis plus d’un trimestre, des échanges entre tous les acteurs de ce secteur. Le comités cientifique mis en place en vue d’examiner et de proposer des solutions aux préoccupations collectées auprès des acteurs privés du secteur des transports,va restituer les résolutions de leurs travaux au premier responsable de ce département, le Ministre des Transports, Monsieur Amadou Koné.


Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS    

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

5ème EDITION DES « RENCONTRES SECTORIELLES »

LE SECTEUR DES TRANSPORTS A L’ÉPREUVE DE LA COMPÉTITIVITÉ

Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS

————————————————————————————————————

Le secteur des transports ivoirien fait face à de nombreux défis malgré les efforts déjà consentis. Conscient des enjeux, le Ministre des Transports travaille à inscrire son secteur sur la voie de la modernité, de la compétitivité et de la durabilité. Le succès de cette entreprise appelle l’implication de toutes les parties prenantes.

Le transport en Côte d’Ivoire (terrestre, aérien, ferroviaire et maritime) connait un développement croissant. Les nombreuses réformes entreprises et mises en œuvre lui donnent un poids considérable dans sa contribution au développement de l’économie. Aujourd’hui, le transport représente entre 7% et 12 % du PIB.C’est donc un secteur vital pour la croissance dans notre pays. C’est à juste titre que le Gouvernement ivoirien, dans son Programme National de Développement (PND 2016-2020), l’a identifié comme l’une des priorités stratégiques de son développement économique.

C’est à juste titre que la 5ème édition des « Rencontres Sectorielles » est dédiée au secteur des Transports. Sous la conduite du Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation entre l’État et le Secteur Privé (CCESP),dans le cadre de sa mission principale de gestion du Dialogue Public-Privé en Côte d’Ivoire, le comité scientifique mis en place en vue d’examiner et de proposer des solutions aux préoccupations collectées auprès des acteurs privés du secteur des Transports, va restituer les conclusions de leurs travaux. Cette cérémonie se déroulera au Sofitel Hôtel Ivoire le Mercredi 12 décembre 2018, à partir de 14 h30 autour du thème : «Contribution du dialogue public-privé à la performance du secteur des transports ».

Elle vise à renforcer le dialogue public-privé autour de la Politique et des initiatives de développement du secteur des Transports afin de susciter l’implication des parties prenantes dans leur mise en œuvre et améliorer la compétitivité des différentes composantes du secteur. De façon spécifique, ils’agira au cours de cette rencontre de présenter les résultats des travaux du Comité Scientifique et recueillir les orientations du Ministre des Transports  pour solutionner les problématiques identifiées ; recueillir les contributions des acteurs privés du milieu des Transports pour la mise en œuvre de la politique et des réformes ;vulgariser la politique et les réformes entreprises par le Ministère des Transports en faveur des acteurs des transports.

Les différents échanges et partages d’expérience donneront de toucher les questions de l’accroissement de la mobilité dans nos grandes villes ; le développement des infrastructures portuaires ; la réglementation au niveau maritime ; le développement du hub aéronautique d’Abidjan ainsi que l’émergence de nouveaux pôles de croissance à l’intérieur du pays.

Cette présente édition des « Rencontres Sectorielles » est organisée par  le Secrétariat Exécutif du CCESP, en collaboration avec le Ministre des Transports et la co-présidence du Ministre de l’Économie et des Finances.

————————————————————————————————————

Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS    

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

LA FINANCE S’ENGAGE.

Pour une prise en charge de vos préoccupations en rapport avec  l’Administration Publique,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via 

Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), vous informe que le forum « La finance s’engage » édition 2018, s’est tenu le 22 novembre 2018 à la Maison de l’entreprise,  siège de  la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI).  

Initiée par la CGECI en liaison avec le Cabinet Entrepreneurial Solutions Partners (ESP), la Finance S’Engage (FSE) vise à créer la synergie nécessaire entre les acteurs pour offrir des solutions concrètes à la problématique de financement des entreprises et des PME en particulier.

Cette troisième édition de la FSE a été l’occasion de présenter les résultats du rapport 2018 sur les données de la croissance élaboré par ESP avec comme enseignements clés :

1 – l’évolution constante du volume de crédit octroyé aux entreprises de 2013 à 2017 passant de 2253 milliards à 3679 milliards soit une hausse de 63,29% ;

2 – le niveau satisfaisant de réalisation des engagements du Secteur financier  pour le financement des PME en 2017 à hauteur de 1295 milliards FCFA contre 1276 milliards FCFA d’engagements pris soit un taux de réalisation de 101% ;

3 – les défis résiduels relatifs au financement des PME à savoir :

  • l’accès et le coût du financement des PME (70% des entreprises sondées) ;
  • le manque de confiance entre les établissements financiers et les entreprises, qui se traduit par une autocensure des PME à l’endroit du Secteur financier et des garanties et taux intérêt élevés pratiqués par les établissements financiers ;
  • le faible impact de l’accroissement du financement au PME sur leurs performances économiques  (plus de 2/3 des entreprises sondées) ;

4 – les tendances futures sur le financement des PME qui seront marquées entre autres par :

  • Le déploiement du dispositif de financement des PMI/PME de la BCEAO ;
  • le renforcement des conditions d’accès au financement qui pourrait résulter de  la mise en œuvre des reformes Bâle II et III et la crise de surendettement des clients des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD)

Au terme des deux précédentes éditions, des recommandations ont été faites à travers une feuille de route dénommée P.A.C.T.E. Sur quinze actions prévues dont six ont été réalisées, trois sont en cours et six n’ont pas encore démarré.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre le Cabinet Entrepreneurial Solutions Partners (ESP)aux contacts suivants :

Tel 22 42 79 54/07 60 25 25

Email : info@lafinancesengage.com

Pour une prise en charge de vos préoccupations en rapport avec  l’Administration Publique,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

ORGANISATION DE 9EME EDITION DE LA CONFERENCE ANNUELLE ‘’EASE OF DOING BUSINESS INITIATIVE’’ (EDBI)

Pour une prise en charge de vos préoccupations en rapport avec  l’Administration Publique,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via :

    

La Voix de l'Opérateur


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), à travers le Gouvernement Ivoirien et le Groupe de la Banque Mondiale, vous informe de l’organisation de la 9ème édition de la conférence annuelle de partage d’expériences et de meilleures pratiques en matière d’amélioration de l’environnement des affaires, focus Doing Business, dénommé ‘’Ease of Doing Business Initiative’’, au Sofitel Hôtel Ivoire Abidjan, du 26 au 28 novembre 2018.

Placée sous le haut patronage du Président de la République de Côte d’Ivoire et le parrainage et la présence effective de Son Excellence Monsieur Amadou GON COULIBALY, Premier Ministre, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, la conférence « EDBI » réunira des délégués de haut niveau d’une trentaine de pays africains qui viendront partager leurs expériences en matière de réformes d’amélioration du climat des affaires, autour  du thème central « Amélioration du climat des affaires et défis de croissance économique en Afrique ».

 La conférence sera articulée autour de six (06) indicateurs Doing Business que sont : (i) l’octroi du permis de construire, (ii) le raccordement à l’électricité, (iii) le transfert de propriété ; (iv) le paiement des impôts et taxes ; (v) l’obtention des prêts ; (vi) le Commerce transfrontalier.

 « EDBI 2018 »  se déroulera selon les axes suivants :

  • une cérémonie d’ouverture ;
  • un (01) panel de haut niveau autour thème : « Importance du programme de réforme du climat de l’investissement pour relever les défis de la croissance économique en Afrique » ;
  • cinq (05) panels thématiques ;
  • 12 sessions techniques ;
  • une cérémonie de clôture ;
  • des visites thématiques et touristiques.

Pour toutes informations complémentaires, merci de contacter Le Cabinet du Ministère de l’Economie et des Finances, aux contacts suivants : Tél : 20 30 25 22 / Email : christianeduncan1@yahoo.fr / Site internet : www.edbicotedivoire2018.org


Pour une prise en charge de vos préoccupations en rapport avec  l’Administration Publique,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via :

    

La Voix de l'Opérateur

LANCEMENT DU PROGRAMME USAID POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PME.

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), en liaison avec le Cabinet EsPartners, vous informe du lancement, le mardi 30 octobre 2018, du Programme USAID pour le renforcement des capacités des PME, à la Maison de l’Entreprise.

Le programme USAID de renforcement des capacités ambitionne d’inscrire les PME sélectionnées dans un parcours de croissance, en offrant aux dirigeants et à leurs équipes, les ressources nécessaires pour être les acteurs de changement.

Le programme se déroulera  sur une période de trois (3) ans  et concernera au total 20 PMEs qui bénéficieront d’expertises en matière de :

  • Stratégie de développement ;
  • Organisation comptable ;
  • Amélioration continue des opérations.

Evalué à 850 millions de FCFA, le  « Programme USAID pour le renforcement de capacités des PME »,  matérialise l’accord de partenariat public privé conclu entre l’USAID et le Cabinet Espartners, le 07 février 2018 à travers les contributions qui se décomposent comme suit :

  • 400 millions de FCFA d’allocations de l’USAID ;
  • 450 millions de FCFA pour le Cabinet ES partners et ses autres partenaires.

La première cohorte  du programme comprend 05 PMEs avec un potentiel de croissance ayant rempli des critères qualitatifs et quantitatifs en termes de chiffres d’affaires (au moins 300 millions de FCFA) et d’ancienneté (03 ans d’existence).

Il s’agit de :

  • BATIDECOR
  • TRANSPORT PRO
  • HUILERIES ET SAVONNERIES DU SUD
  • SOCIETE IVOIRIENNE AGRO-INDUSTRIELLE DE LA MARAHOUE (SIAM) ;
  • ALPHA OMEGA SERVICES (AOS)

Pour toute contribution et information complémentaire, merci de joindre le Cabinet Es partners  aux contacts suivants : Tel: + 225 47 54 52 22 /  Email: icaprogram@espartners.co/obokoga@espartners.co


Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

 

LANCEMENT DE « BAOBAB », L’OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT DU TRESOR PUBLIC.

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


 

Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), vous informe du lancement du nouveau système de gestion de la relation client du Trésor Public, dénommé « Baobab », le vendredi 26 Octobre 2018, lors d’une cérémonie officielle à la Maison de l’Entreprise.

La mise en place de « Baobab » par le Trésor Public s’inscrit dans le cadre de la politique de modernisation des outils de travail et vise à améliorer le taux de satisfaction des clients en leur offrant en toute transparence, un outil interactif de traitement de leurs préoccupations et de suivi en ligne de leurs dossiers.

Le dispositif offre de multiples fonctionnalités, singulièrement à travers des rubriques dédiées, aussi bien à l’émission d’alerte SMS ou Email pour informer de l’état d’avancement des dossiers qu’aux :

  • plaintes et réclamations pour répondre avec célérité aux requêtes des usagers de toute nature;
  • consultations pour visualiser en temps réel le statut des dossiers et mandats en traitement ;
  • enquêtes en ligne pour recueillir les avis sur les prestations offertes et pour une amélioration continue des services du Trésor public.

La plateforme est accessible à travers le lien,  https: / /baobab.tresor.gouv.ci à tous les usagers, notamment  les :

  • Fournisseurs ;
  • Etudiants / Elèves ;
  • Fonctionnaires / Pensionnés ;
  • Partenaires ;
  • Toute personne sollicitant les services du Trésor Public.

Pour toute contribution et information complémentaire, merci de joindre la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique aux contacts suivants :Tel(+225) 20 30 90 20 — 20 30 90 22 / Email:  info@tresor.gouv.ci


Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

LANCEMENT DU PORTAIL UNIQUE DES SERVICES A L’INVESTISSEUR EN CÔTE D’IVOIRE: 225invest.ci

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (SE-CCESP), en collaboration avec le CEPICI, vous informe du lancement du Portail Unique des Services à l’Investisseur, le Jeudi 18 Octobre 2018.

 Initié par le CEPICI, le Portail Unique des Services à l’Investisseur, dénommé « 225 invest.ci », a été conçu pour centraliser et faciliter les formalités des entreprises, dans le cadre du programme de l’amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire.

Ce portail numérique, www.225invest.ci, regroupe, sur une même plateforme, tous les services administratifs indispensables pour entreprendre et investir en Côte d’Ivoire

A cet effet, vous y trouverez des services tels que:

  • Les formalités d’entreprise, pour créer votre entreprise en Côte d’Ivoire et obtenir votre numéro d’Identifiant Unique (IDU), ainsi que pour modifier ou radier votre entreprise ;
  • L’enregistrement des actes et décisions de justice, pour enregistrer vos actes (contrat de bail, de marchés publics, de prêts bancaires…) et décisions de justice sans avoir à vous déplacer;
  • Le raccordement à l’électricité, pour faciliter toutes les étapes nécessaires à votre raccordement au réseau électrique, depuis la simulation du coût de votre raccordement et la demande d’un devis, au branchement effectif, en passant par le règlement en ligne;
  • Les formalités foncières, pour accéder à toutes les informations relatives au foncier, et réaliser également toutes vos formalités de mutations immobilières dans les délais courts ;
  • Les licences et permis d’affaires, pour accéder à toutes les informations relatives aux licences et permis d’affaires nécessaires à votre activité ;
  • Les ventes aux enchères, pour renchérir et payer en ligne, les biens disponibles qui vous intéressent à partir des informations sur les entreprises en insolvabilité et au calendrier des ventes aux enchères ;

Et bien d’autres services comme la déclaration et le paiement des impôts et la déclaration des cotisations sociales.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre le centre d’appel au contact suivant : +225 225 078 74 – / www.225invest.ci


Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

 

NOTE DE CONJONCTURE SUR LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE, A FIN JUIN 2018.

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, à travers la Direction Générale de l’Economie (DGE), porte à votre connaissance, les points clés de la note de conjoncture sur la situation économique et financière, à fin juin 2018.

La situation économique et financière à fin juin 2018 est marquée par une hausse générale des principaux agrégats, comparativement à ceux de la période de 2017.

Ainsi, comparativement à 2017 :

  •  Le secteur primaire a été caractérisé par une évolution contrastée, notamment une  hausse de 323,1% des productions du Café, de 27,7% des productions du Coton graine, de 14 ,2% des productions du caoutchouc naturel, de 4, 8% des productions de sucre, et par un repli de 1,1% des productions d’anacarde, de 3,3% des productions de cacao, de 10,1% des productions d’ananas, et de 3,5% des productions de banane.

Par ailleurs, la production vivrière connait une progression de : 4,5% de la production pour le manioc ; 3,9% pour la banane plantain ; 3,4% pour l’igname ; 2,8%, pour la patate douce ; 2,7% pour le taro ;  toutefois, les autres cultures vivrières conserveraient leurs prévisions de croissance.

  • Le secteur secondaire connait un maintien de sa tendance haussière à 4,1%, attribuable à la dynamique du secteur manufacturier avec +7,2%, une croissance modérée de l’activité de la branche électricité gaz et eau à +08,%, et une contraction des industries extractives à -12,3%, tandis que  l’activité industrielle hors extraction connait une croissance de +6,6%.
  • Le secteur tertiaire affiche une  bonne  santé  caractérisée par une évolution de ses composantes, notamment l’indice du chiffre d’affaires du commerce de détail (+8,6%) en termes nominaux, le nombre de passagers du transport aérien (+3,9%), la consommation des carburants gasoil et super (+ 13,1%) du transport routier, le volume global de marchandises du transport maritime (+4,1%), la hausse du trafic global des marchandises du transport ferroviaire (+19,5%).

Les segments du marché des TIC (la téléphonie mobile, la téléphonie fixe et l’internet) enregistrent, quant à eux, un léger repli  (– 0,7%)  au niveau du chiffre d’affaire global, tandis que le volume d’activité du secteur suit une tendance haussière (+10,0%).

  • l’emploi moderne connait également une progression de + 7,6%, correspondant à une création nette de 70 529 emplois avec une augmentation de 8,1% au niveau du secteur privé et 5,8% au niveau du secteur public;
  •  les finances publiques sont caractérisées par une plus-value des recouvrements (2416,2 milliards contre un objectif de 2388,4 milliards) et une sous consommation des dépenses, notamment des dépenses en investissement ;
  • les échanges extérieurs de marchandises en commerce spécial et hors biens exceptionnels sont marqués par un accroissement en glissement annuel  des importations (+13,5%) et une  baisse des exportations (- 13,1%) avec un excédent commercial de 709,1 milliards en baisse de 55,1% par rapport à l’excédent de 2017.
  • la Situation monétaire et le marché boursier connaissent, d’une part, une progression de + 10,9% de la masse monétaire qui atteint 9023,1 milliards sous l’effet conjugué de la hausse des avoirs extérieurs nets (+0,5% ; +11,7 milliards), des créances nettes sur l’économie (+13,1% ; +741,9 milliards) et des créances nettes sur l’administration centrale (+27,8% ; + 345,5 milliards).

Au niveau du marché boursier, on assiste à une progression de la capitalisation boursière (+ 3,9%) tandis  que  le marché régional des valeurs mobilières connait un fléchissement de ses indices BRVM 10 et BRVM composite, respectivement de 13,2% et de 16,7%.


Pour toute information complémentaire, merci de joindre la Direction Générale de l’Economie: Tél : 20 20 09 09 / 20 20 09 03.


Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci