TRANSPORT FLUVIAL : SOTRA, STL, AQUALINES, CES SOCIÉTÉS QUI FLOTTENT SUR LA LAGUNE EBRIE


Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


«À Abidjan, 1,2 million de personnes ont besoin de se déplacer tous les jours.L’État n’avait pas d’autre choix que de concéder le transport lagunaire pour compléter l’offre publique », a confié une autorité gouvernementale à Jeune Afrique,tel qu’indiqué dans sa livraison du 28 juin 2017. Deux ans auparavant, le gouvernement ivoirien a pris la décision de libéraliser le secteur du transport fluvial, lors d’un conseil des Ministres, le 4 février 2015. Sonnant ainsi la fin du monopole du secteur par la Société des transports abidjanais (Sotra)depuis juillet 1964, c’est-à-dire cinquante-quatre ans après sa création, avec près de 30 mille passagers jour.

Dans la foulée, deux entreprises décident de jeter leurs navettes fluviales dans les eaux de la lagune abidjanaise. L’une de ces flottes est la Société de transport lagunaire (STL) appartenant à l’homme d’affaires ivoirien Adama Bictogo, actif dans le négoce et les services et également patron du groupe SNEDAI (Société Nationale d’Edition de Documents Administratifs et d’Identification). La concession entre l’Etat et la STL est de trente ans sous forme de construction-exploitation-transfert (BOT). L’autre entreprise, la Citrans (Compagnie Ivoirienne de Transport) – filiale du groupe financier Conad dont le patron est Zoumana Bakayoko, homme d’affaires ivoirien ayant des activités allant de l’agrobusiness (négoce de cacao, d’anacarde, distribution d’engrais…), les télécommunications en passant par l’immobilier. L’Etat de Côte d’Ivoire a signé pour vingt-cinq ans de concession sous forme BOT avec Conad.

 La STL a été le premier à lancer sa flotte de 16 bateaux sur la lagune en juin 2017. La société devrait acquérir 15 nouveaux bateaux-bus en 2018 et 14 en 2019 pour porter le nombre à 45. Elle compte deux gares opérationnelles et des quais (Treichville, Cocody Riviera, Plateau et Yopougon). 26 000 passagers sont transportés par jour contre 100 000 comme objectif final. L’investissement total prévu est de 45 milliards de FCFA, selon son directeur général, David Fofana.

Deson coté, dans la même année, Citrans débute ses activités avec 14,5 milliards de F CFA sur un investissement final de plus de 50 milliards de F CFA à partir de 2019, soutient le PDG Zoumana Bakayoko. La société se lance dans la conquête lagunaire avec 11 bateaux-omnibus sur 23 prévus pour atteindre plus de 100 000 passagers par jour contre 40 000 en ce moment via ses six gares (Plateau,Yopougon, etc.). Citrans propose une classe économique au prix de 200 F CFA,mais aussi des cabines VIP climatisées et équipées du wifi, pour un tarif de 500 F CFA. STL affiche la même fourchette de prix, mais échelonne les tickets en fonction de la longueur des trajets : 200 F CFA pour les plus courts et 500F CFA pour les plus longs.

Avec ces bateaux-bus, ce sont des moyens de transport ultra modernes de 150 à 240 places, répondant aux normes internationales en matière de sécurité et de confort qui flottent sur la lagune Ebrié à Abidjan. Depuis l’arrivée des navettes fluviales estampillées STL et Aqualines, le trafic fluvial connait une densité, et ce sont près de 90 mille ivoiriens qui sont transportés chaque jour.

Le transport fluvial est promis à un bel avenir, raison pour laquelle il figure au nombre des points inscrits à l’ordre du jour de la 5ème édition des «Rencontres Sectorielles » dédiées au secteur des Transports et initiée par le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État – Secteur Privé (CCESP). La cérémonie prévue à cet effet, ce mercredi 12 décembre 2018 à partir de 14h30 au Sofitel Hôtel Ivoire portera sur le thème : « Contribution du dialogue public-privé à la performance du secteur des transports ».

Cette rencontre qui verra la présence effective de Monsieur Amadou Koné, Ministre des Transports, offrira l’occasion au comité scientifique mis en place de restituer les résolutions des travaux entre les acteurs privés et publics de ce secteur.                                                                                                                                               


Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

Publicités

SECTEUR FERROVIAIRE : DE GRANDS PROJETS ANNONCES PAR LE GOUVERNEMENT IVOIRIEN.

Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


Le 12 janvier dernier, le ministère des Transports dirigé par Monsieur Amadou KONE avait publié plusieurs projets de construction et de réhabilitation du secteur ferroviaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit de« La construction, financement et exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan. La réhabilitation et exploitation de l’axe ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Kaya. La construction et exploitation de la ligne de chemin de fer Ouagadougou – Niellé- Sikasso – Bougouni, puis, de la construction du chemin de fer minéralier(San-Pedro – Man – Touba – Odienné – Bougouni) ».

Parmi lesdits projets, certains ont connu des avancées, alors que d’autres sont encore en prévision. Les plus avancés sont notamment ‘’la construction,financement et exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan’’, et ‘’la réhabilitation et exploitation de l’axe ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Kaya’’. 

Selon le Ministre des Transports, ce projet de ‘’Construction, Financement et exploitation de la ligne 1 du Métro d’Abidjan’’, qui a été lancé le 30 novembre 2017, est évalué à 1 milliard d’Euro, soit la bagatelle de 656 milliards Fcfa. Ce qui permettra la mise en place d’un système de transport ferroviaire urbain et suburbain de 37,5 Km, de type métro qui desservira la ville d’Abidjan sur l’axe nord-sud reliant la commune d’Anyama à celle de Port-Bouët (jusqu’à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny) en 20 Stations.

Pour faire bouger les choses, le Président de la République, Monsieur Alassane Ouattara, a annoncé la mise en place d’un Comité de haut niveau, à l’issue d’un entretien avec son homologue français, Monsieur Emmanuel Macron, le 20 avril à l’Elysée (France).

 Le projet de ‘ »réhabilitation et exploitation de l’axe ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Kaya’’, a pour objectif de réhabiliter les infrastructures ferroviaires existantes entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, et de relancer et redynamiser l’exploitation des transports publics ferroviaires internationaux de voyageurs et de marchandises.

 Ces travaux permettront la modernisation et le développement des services de transport de marchandises et de voyageurs par train, avec plus d’un million de tonnes et 250 000 voyageurs par an, à partir de 2021. Ils participeront aussi à la croissance de projets miniers notamment le transport du minerai de manganèse en provenance de la mine de Tambao (Burkina-Faso).  Lesdits travaux consisteront à renouveler la plateforme et la super structure ferroviaire, la modernisation des ouvrages d’art et ouvrages hydrauliques, la restauration des gares et des ateliers de maintenance, l’assainissement des zones inondables, gares et voies stratégiques ainsi que la sécurisation des passages à niveau. La Sitarail est le concessionnaire de ces travaux estimés à 534 Millions d’euro soit 350 milliards de Fcfa et qui ont été lancés le 4 décembre 2017 à la gare Lagune de la Sitarail au Plateau. Cette première phase de réhabilitation et de modernisation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou,a été faite par le Ministre ivoirien des Transports Amadou Koné et son homologue burkinabé, Souleymane Soulama.

Évalué à 122 millions  d’Euro, soit un montant de 80 milliards Fcfa, le projet de  « Construction et exploitation de la ligne de chemin de fer Ouagadougou – Niele – Sikasso – Bougouni » est une partie du vaste projet de liaison ferroviaire entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Celui-ci constitue un embranchement de la voie ferrée existante à partir de la ville de Ouagadougou, en Côte d’Ivoire, avec un prolongement jusqu’à Bougouni. C’est également un maillon clé du monitor Trans-sahélien qui assurera le raccordement des capitales du Sénégal, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso par un réseau ferroviaire dont la zone d’attraction rayonne sur une distance de 2 954 km. Ce qui facilitera les mouvements des hommes dans la sous-région.

Le projet de« construction du chemin de fer minéralier (San-Pedro – Man – Touba -Odienné – Bougouni) », permettra quant à lui, de réaliser une liaison ferroviaire entre le Port de San-Pedro et le Mont Nimba, en passant par les sites de gisements de nickel de Biankouma-Touba et du Mont Klahoyo, en Côte d’Ivoire et les sites des gisements de fer de la Guinée. Il est évalué à 1 829 milliards d’Euro, soit 1 200.000 milliards Fcfa.

 Pour en savoir davantage sur le secteur ferroviaire ivoirien, le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation entre l’Etat et le Secteur Privé (CCESP), dirigé par Madame Mariam Fadiga Fofana a décidé de dédier la 5ème édition des Rencontres Sectorielles (RS) au secteur des Transports en Côte d’Ivoire. Cela va donner lieu à une cérémonie au Sofitel Hôtel Ivoire le Mercredi 12 décembre 2018, à partir de 14 h 30 autour du thème : « Contribution du dialogue public-privé à la performance du secteur des transports ».

Cette cérémonie vise à renforcer le dialogue public-privé autour de la Politique et des initiatives de développement du secteur des Transports afin de susciter l’implication des parties prenantes dans leur mise en œuvre et améliorer la compétitivité des différentes composantes du secteur.

De façon spécifique, il s’agira au cours de cette rencontre de présenter les résultats des travaux du Comité Scientifique et recueillir les orientations du Ministre des Transports pour solutionner les problématiques identifiées ; recueillir les contributions des acteurs privés du milieu des Transports pour la mise en œuvre de la politique et des réformes ; vulgariser la politique et les réformes entreprises par le Ministère des Transports en faveur des acteurs du secteur.

Les différents échanges et partages d’expérience donneront de toucher les questions de l’accroissement de la mobilité dans nos grandes villes ; le développement des infrastructures portuaires ; la réglementation au niveau maritime ; le développement du hub aéronautique Abidjan ainsi que l’émergence de nouveaux pôles de croissance à l’intérieur du pays.

Cette présente édition des « Rencontres Sectorielles » est organisée par  le Secrétariat Exécutif du CCESP, en collaboration avec le Ministre des Transports et la co-présidence du Ministre de l’Économie et des Finances. Ces rencontres annuelles visent l’amélioration permanente du dialogue entre l’Etat et le Secteur Privé. Ainsi, après plusieurs mois de travaux en commission, le comité scientifique procédera à l’exposé en présence du Ministre Amadou Koné, des préoccupations et des ébauches de solutions recueillies auprès de tous les acteurs du secteur.

L’édition précédente des Rencontres Sectorielles tenue l’an dernier s’était intéressée au secteur de l’Agriculture à travers le thème : « Dialogue Public-Privé constructif pour un secteur agricole performant ».


Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

CCESP INFO

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 

Cliquez sur l’image ou le titre pour lire


 

ASACI

BILAN 2017 DES ACTVITES DU SECTEUR DES ASSURANCES.

 


 

couv twins 17

VERSION ELECTRONIQUE DU TWINS MAGAZINE N°17.


 

 

annacarde 1 

SYSTÈME DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE POUR L’ANACARDE – SYGES ANACARDE.

 


 

FILOSES 2018

FORUM DU LOGEMENT SOCIAL, ECONOMIQUE ET STANDING.

 



Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@ccesp.ci

copyright juillet 2018


 

Dialogue Etat/Secteur privé : Le CCESP rencontre des chefs de coopération.

Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État Secteur Privé (CCESP) a rencontré des chefs de coopération de différentes institutions, le 15 mai dernier. Cette séance tenue dans les locaux de l’Agence Française de Développement (AFD) avait pour objectif de présenter le CCESP à ces différents partenaires.

Au cours de cette tribune d’échanges, le Secrétaire exécutif dudit comité, Mme Mariam Fadiga Fofana a fait ressortir dans un exposé, les missions de l’organisation qui sont d’organiser la concertation autour des préoccupations du secteur privé, mener des réflexions sur toutes les questions intéressant le développement de ce secteur et veiller sur la qualité du partenariat entre l’Etat et le Secteur privé.

Mme Mariam Fadiga a par la suite, présenté les instances du CCESP que sont le Conseil de Concertation (CC), présidé par le Premier Ministre et le Comité Technique de Concertation (CTC), dont la présidence est assurée par le ministre de l’économie et des finances.

Cette rencontre a été l’occasion pour le Secrétaire exécutif de présenter les orientations stratégiques, les différentes activités ainsi que les perspectives du CCESP. « Nous essayons d’accompagner et d’expliquer aux administrations et au secteur privé les caractéristiques d’un dialogue structuré », a affirmé Mme Mariam Fadiga Fofana avant d’insister sur le fait que « le dialogue public-privé doit être perçu comme un outil de gouvernance ».

Se prononçant sur le fonctionnement, elle a insisté sur le fait que le CCESP demeure l’outil par excellence de la concertation. De ce fait, il a pour obligation une fois saisi par le secteur privé, de faire remonter la préoccupation à l’administration concernée. L’objectif étant de permettre aux deux parties de se rencontrer et d’échanger afin de lever les contraintes de part et d’autre.

Madame Fadiga a également fait le point des dossiers examinés. Ceux-ci enregistrent des avancées significatives entre autres, sur la gestion de la dette intérieure, la fiscalité environnementale ainsi que l’autorisation exceptionnelle d’exportation des fonds de tasse pendant 12 mois.

Pour mener à bien le dialogue Public Privé, le CCESP s’est doté d’outils d’animation. Ce sont les Rencontres Sectorielles, la Journée nationale du Partenariat, le réseau des points focaux ainsi que des tribunes de communication.

Cette séance a fait place à des échanges entre les participants. Présidée par le Directeur des opérations de l’Agence Française de Développement, M. Bruno Leclair, cette rencontre a vu la participation des représentants de quelques institutions notamment de la BAD et du PNUD.

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 

ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@ccesp.ci

copyright mai 2018.

 

CONSTRUCTION, LOGEMENT, ASSAINISSEMENT ET URBANISME : LE MINISTRE CLAUDE ISAAC DE FAIT L’ETAT DES LIEUX .

Pour faire connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention,  avoir des informations ou faire des propositions pour une amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire? Saisissez le CCESP via ce formulaire : LA VOIX DE L’OPERATEUR. 


Claude Isaac DE, Ministre ivoirien de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, tête d’affiche du 16ème numéro de Twins Magazine, était l’invité de la 6ème édition du « Twins Time » organisée par le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat-Secteur Privé(CEESP), dirigé par Madame Mariam FADIGA FOFANA. Cet énième rendez-vous de « Twins Time », cadre d’échanges interactifs, qui a porté sur la contribution du secteur de la construction dans l’économie ivoirienne, a eu lieu le lundi 14 mai 2018, à Abidjan.

 Cette Tribune a été l’occasion pour le ministre Claude Isaac DE, de présenter la politique de développement du secteur de la Construction, du Logement de l’Assainissement et de l’Urbanisme en Côte d’Ivoire, et de faire connaitre les principales missions assignées à son département.

 Pour le ministre Claude Isaac DE, le Gouvernement ne peut pas résoudre tout seul tous les problèmes liés à ce secteur. Il compte surtout sur l’implication des populations ivoiriennes, a-t-il plaidé. « Il faut la mobilisation de tous. Il faut changer de mentalité en ayant un comportement citoyen. C’est ensemble qu’on pourra relever les défis du développement.», a ajouté le ministre.

 Par la suite, Isaac DE a relevé les principales réformes entreprises dans son ministère, afin d’améliorer sa gouvernance, ses performances, la compétitive du secteur, tout en mettant un accent particulier sur la lourdeur administrative. A ce niveau, il a rassuré sur la simplification du processus de délivrance des actes administratifs, tels que les ACD (Arrêté de Construction Définitive). Intervenant sur les irrégularités constatées dans les travaux de construction, il a rappelé que le permis de construire, document de référence de validation des chantiers à réaliser s’obtenait en 14 jours ouvrables au prix de 50 000 Fcfa.

 En outre, le ministre Isaac DE a, également, évoqué les sujets tels le schéma directeur de la ville d’Abidjan, le projet d’adressage du District d’Abidjan, la redynamisation du programme présidentiel des logements sociaux, etc.

 Poursuivant son argumentaire, le Ministre Isaac DE n’a pas manqué d’exprimer la volonté du gouvernement ivoirien à trouver les solutions aux difficultés constatés dans son secteur pour une contribution efficace dans l’économie de notre pays, et surtout de garantir de meilleures conditions de logement et de vie des Ivoiriens.

 Pour Madame Mariam FADIGA FOFANA, le « Magazine Twins » et le « Twins Time » se veulent deux outils de communication au service des acteurs publics et privés pour améliorer le partenariat entre l’Etat et le secteur privé.

 « Leur objectif est de renforcer le climat de confiance entre les acteurs du monde des affaires en Côte d’Ivoire et le ministère de la Construction, du Logement de l’Assainissement et de l’Urbanisme, en vue de tracer les véritables sillons de l’émergence économique de notre pays », a-t-elle ajouté.

 Rappelons que le « Twins Time » est un cadre d’échanges interactifs qui met l’accent sur les problématiques des piliers de l’économie, en vue d’établir des conditions d’un dialogue entre le secteur public et privé en Côte d’Ivoire.


Autres sites ayant traité du même article:

AGENCE IVOIRIENNE DE PRESSE

CÔTE D’IVOIRE ECONOMIE

APA NEWS

KOACI

ABIDJAN.NET


 

ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@ccesp.ci

copyright mai 2018.

ENTREPRISES MULTINATIONALES: LA DECLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITES DE L’OIT POUR UN TRAVAIL DECENT AU CENTRE D’UN ATELIER A ABIDJAN.  

La Déclaration de principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale (Déclaration sur les EMN) du Bureau International du Travail (BIT) adoptée il y a près de 40 ans et modifiée à deux reprises en 2000 et 2006 sera au centre d’un atelier le jeudi 29 mars 2018 à Abidjan.

Co-organisé par le Comité de Concertation Etat/Secteur privé (CCESP) et l’Organisation internationale du Travail(OIT), cet atelier vise à sensibiliser l’administration publique et les Organisations du secteur privé, partenaires du CCESP, sur cette déclaration.

Elle a été élaborée et adoptée de manière tripartite par les gouvernements, employeurs et les travailleurs du monde entier. C’est tout logiquement qu’elle évoque la responsabilité de ceux-ci, et surtout des entreprises multinationales.

Les nouvelles dispositions de la Déclaration sur les EMN donnent une orientation directe aux entreprises sur leur politique sociale et des pratiques inclusives, responsables et durables en milieu de travail, afin de contribuer à la concrétisation du travail décent pour tous.

Ce nouveau texte révisé par le Conseil d’administration de l’OIT prend également en compte les nouvelles réalités économiques, notamment l’augmentation des investissements internationaux et des échanges commerciaux, et la croissance des chaînes d’approvisionnement mondiales. Sans oublier les thèmes particuliers du travail décent relatifs à la sécurité sociale, au travail forcé, à la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, aux salaires, à l’accès des victimes à des voies de recours et d’indemnisation.

«La Déclaration sur les entreprises multinationales propose une orientation claire sur la façon dont les entreprises peuvent contribuer à travers leurs opérations à l’échelle mondiale à la concrétisation du travail décent.», explique Guy Ryder, directeur général de l’OIT.

 

 

Cérémonie d’Hommage : le gouvernement et le secteur privé célèbrent le Ministre Jean-Claude Brou

Dans le cadre des activités du Comité Technique de Concertation (CTC) au titre de l’année 2018, le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat-Secteur Privé (SE-CCESP) a organisé une cérémonie d’échanges de vœux avec le secteur privé, le mercredi 7 février 2018 à la salle des fêtes du Sofitel Hôtel Ivoire. Cette cérémonie présidée par le Ministre Adama KONE de l’Economie et des Finances, Président du CTC, a été l’occasion de rendre un vibrant hommage au Ministre Jean-Claude Brou de l’Industrie et des Mines, par ailleurs Vice-président du CTC.

Ce moment d’hommage empreint d’émotions et de joie entre les acteurs du Public et du Privé a permis de relever la qualité du travail réalisé par Ministre de l’Industrie et des Mines nommé à la présidence de la commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

A la tête de son département ministériel depuis 2013, Jean-Claude Brou a initié des reformes qui ont contribué à améliorer l’environnement des affaires dans le secteur de l’Industrie et des Mines en Côte d’Ivoire.

En tant que Vice-président du Comité Technique de Concertation (CTC), le Ministre Jean-Claude BROU a élégamment été l’un des principaux artisans importantes résolutions arrêtées au sein du Comité de Concertation Etat-Secteur privé (CCESP).

C’est à juste titre que le Ministre de l’Economie et des Finances n’a pas tari d’éloges à l’endroit de son futur ex-Vice-président pour son travail remarquable au sein du CTC et du Gouvernement.

« J’ai eu beaucoup de plaisir à collaborer avec vous au sein du Gouvernement et également au sein du Comité Technique de Concertation (CTC). L’hommage qui vous est rendu est amplement mérité en raison de la profondeur de votre œuvre à la tête de votre ministère, mais au aussi en votre qualité de Vice-président du CTC », a-t-il affirmé.

« Vous avez été le principal artisan de la redynamisation du Comité de Concertation Etat-Secteur Privé (CCESP) en 2013. Sous votre impulsion, les secteurs industriel et minier ont connu un véritable dynamisme qui se mesure à travers l’implantation de plusieurs chantiers clés dont la réhabilitation et l’aménagement de nouvelles infrastructures industrielles…», a ajouté Adama KONE qui a formé le vœu que son arrivée à la CEDEAO donnera un coup d’accélérateur aux chantiers de l’intégration économique pour un meilleur accès aux marchés des Etats africains.

De son côté, M. Pierre MAGNE, représentant le président Jean Marie ACKAH de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) a salué les actions du Ministre de l’Industrie et des Mines en faveur du secteur privé, et à la tête de son département ministériel durant ces 5 années.

« Vos qualités de leader ne sont plus à démontrer. Nous sommes convaincus que vous impulseriez une dynamique nouvelle à la commission de la CEDEAO tout en demeurant le porte-parole du secteur privé ivoirien », a-t-il déclaré, sans manquer de le féliciter pour sa nouvelle mission.

Pour sa part, Mme Mariam FADIGA FOFANA, Secrétaire Exécutif du CCESP, a indiqué que le Ministre Jean-Claude BROU est une cheville ouvrière du cadre du Comité de Concertation Etat-Secteur Privé (CCESP), auprès de qui cet outil de développement a écrit ses lettres de noblesses.

« Je voudrais remercier le Président Alassane Ouattara pour la confiance qu’il a eue en moi pour ma nomination au poste du président de la Commission de la CEDEAO et aussi le Premier Ministre Amadou GON COULIBALY, Président du Conseil de Concertation pour son leadership au service du développement économique de notre pays et pour la qualité du dialogue instaurée entre l’Etat et le Privé », a dit le Ministre Jean-Claude BROU, ajoutant à ses remerciements tous les membres du Comité de Concertation, le secteur privé et ses collaborateurs. Il a pour terminer, exhorté le secteur privé à poursuivre sa contribution au développement de notre économie toujours en renforçant le partenariat avec l’Etat.

Le Ministre Jean-Claude BROU s’est vu remettre à la fin de la cérémonie plusieurs objets d’art en guise de présents.

Cette cérémonie a enregistré la présence d’autres membres du Gouvernement dont le Ministre Bruno KONE de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, le Ministre des Transports, Amadou KONE, Souleymane DIARRASSOUBA du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, et le Secrétaire d’Etat chargé du Budget, Moussa SANOGO.

 _DSC9633

ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@ccesp.ci

copyright fev 2018.