CEREMONIE DE LANCEMENT DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT – JNP 2019.

Pour toutes Observations, Préoccupations ou Suggestions sur l’activité économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE


DATE: JEUDI 12 SEPTEMBRE 2019

LIEU: SOFITEL ABIDJAN HÔTEL IVOIRE à partir de 8h30.


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / 225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / comiteconcertation@yahoo.fr

Publicités

SEANCES DE FORMATION SUR LA BOURSE DES MATIERES PREMIERES AGRICOLES EN COTE D’IVOIRE.


Pour toutes Observations, Préoccupations ou Suggestions sur l’activité économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE


Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, à travers le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, vous informe que se tiendra le 02 avril 2019, à 08 h 30, dans les locaux de la Bourse Régionale de Valeurs Mobilières (BRVM), des séances de formation sur la Bourse des Matières Premières Agricoles en Côte d’Ivoire.

Une Bourse des matières premières contribue au financement du secteur agricole. Les marchés financiers et les bourses occupent une place prépondérante dans le financement des économies modernes. La compréhension de cet outil, de développement, est donc nécessaire pour mieux bénéficier de l’ensemble de ses avantages.

C’est dans cette optique que des formations seront offertes. Ces formations sont constituées en trois modules qui seront dispensées sur une journée :

  • Module1.Bourse des matières premières agricoles : organisation et fonctionnement,
  • Module2.Bourse des matières premières agricoles : instruments et produits financiers,
  • Module3.Bourse des matières premières agricoles : acteurs du marché

Les formations passeront en revue l’architecture d’une bourse des matières premières en liaison avec les différents acteurs, son fonctionnement à travers ses infrastructures et ses compartiments, les concepts fondamentaux, la conservation des titres, le clearing et l’entreposage.

De ce fait, la compréhension des principes généraux d’organisation et de fonctionnement d’une telle bourse ainsi que leurs concepts fondamentaux s’avère indispensable.

Pour toute information complémentaire, merci de joindre M. Bernard COMOE, au 07 06 48 22/ 20 21 20 39, bcomoe@yahoo.fr ou dppminagri@yahoo.fr ou Mlle SORO Nassita, au 58 32 79 77/ 20 21 20 39, nassita.soro@yahoo.fr.


Pour toutes Observations, Préoccupations ou Suggestions sur l’activité économique en Côte d’Ivoire? Saisissez-nous en cliquant sur le logo SAISINE


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

FINANCES PUBLIQUES : DES BONS POINTS A RELEVER.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le septième rapport de la banque mondiale sur la situation économique de la Côte d’Ivoire publié en juillet 2018 révèle que le pays enregistre de bonnes performances. Les différents secteurs de l’économie ivoirienne se comportent bien et sont au vert. Le ministère de L’Economie et des Finances dans sa note de conjoncture de fin juin 2018 revient sur les maillons forts de l’économie ivoirienne. L’un des aspects très important, ce sont les finances publiques.

Au niveau des recettes totales et des dons, elles se chiffrent à 2416,2 milliards FCFA pour un objectif attendu de 2388,4 milliards FCFA, ce qui dénote d’une plus-value de 27,8 milliards FCFA. Les recettes totales et dons enregistrent une plus-value de 76,0 milliards FCFA par rapport à fin juin 2017 de la même période. L’on constate une amélioration dans la mobilisation des recettes fiscales. Celles-ci ont été recouvrées à hauteur de 1962,7 milliards FCFA contre un objectif de 1959,6 milliards FCFA, soit une plus-value de 3,1 milliards FCFA.

Au niveau de la fiscalité intérieure, (hors recettes affectées), il en ressort une plus-value de 46,2 milliards FCFA à savoir 999,7 milliards FCFA au premier semestre 2018 contre un objectif de 953,5 milliards FCFA. Une meilleure collecte des impôts, des taxes, des patentes, des licences ont été permis d’aboutir à cette plus-value. Concernant la fiscalité de porte, on enregistre une moins-value de 28,7 milliards FCFA, sur 894,7 milliards FCFA prévus, les recouvrements sont ressortis à 866,0 milliards FCFA. Ce manque à gagner s’explique par un volume déficitaire de marchandises générales en droit commun par rapport aux prévisions (4,9 millions de tonnes en réalisation contre 5,8 millions de tonnes attendus).

Egalement, les taxes sur les produits pétroliers (-29,4 milliards FCFA) sont en baisse à cause des niveaux de taxations inférieurs aux prévisions (gasoil : 166,82 francs/litre pour un objectif de 171,19 francs/litre et super carburant : 145,67 francs/litre pour un objectif de 149,67 francs/litre) et par des volumes mis à la consommation du super en deçà de l’objectif (463,4 millions litres contre un objectif de 545,1 millions de litres). Du côté des recettes non fiscales, il faut noter un surplus de 62 milliards FCFA, sur un objectif de 258,1 milliards FCFA attendus, 320,6 milliards FCFA ont été récoltés. Cet écart positif des recettes non fiscales s’explique par des cotisations (+14,5 milliards FCFA), des redevances de téléphonie mobile (+38,3 milliards FCFA) et des bonus de signature (+5,6 milliards FCFA).

Sur la question des dons, ils sont en dessous des attentes, c’est-à-dire pour 170,7 milliards FCFA attendus contre 132,9 milliards FCFA mobilisés. Le commerce extérieur quant à lui, enregistre une chute des exportations (-13,1%) et un accroissement des importations de 12,8%. Sur la situation monétaire, elle est marquée par une hausse de la masse monétaire.

Le secteur bancaire joue un rôle actif dans l’économie et selon toujours l’enquête de conjoncture, ce secteur observera un contexte de stabilité des prix des services bancaires au quatrième semestre 2018. Pour le marché boursier, il est marqué par le recul des indices boursiers et une hausse de la capitalisation boursière. Tous ces chiffres sur les finances publiques ivoiriennes traduisent une bonne santé de l’économie ivoirienne, des perspectives prometteuses, avec la poursuite des grands chantiers. 


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

ECONOMIE : LA COTE D’IVOIRE PAYE PLUS DE MILLE MILLIARDS POUR SA DETTE INTERIEURE EN 2018 


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Dans le cadre de la poursuite d’une gouvernance transparente, l’Etat ivoirien a publié la situation du règlement de sa dette intérieure pour l’année écoulée.

L’Etat ivoirien a rendu public le règlement de sa dette intérieure. Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat /Secteur Privé (CCESP), à travers la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, a présenté l’état des paiements réalisés en 2018, au titre de la dette fournisseurs de l’Etat et de ses démembrements.

C’est au total, 1 046,52 milliards de francs CFA qui ont été dégagés en faveur des fournisseurs et prestataires de service de l’Etat, des Collectivités Territoriales et des Etablissements Publics Nationaux à la date du 27 décembre  2018. Cette enveloppe prend en compte les dépenses de l’Etat central pour 776,46 milliards de francs CFA. Au titre des dépenses des Collectivités Territoriales (Districts, Régions et Communes), se sont  99,50 milliards de francs CFA qui ont été dégagés et 170,56 milliards de francs CFA pour les Etablissements Publics Nationaux.

Ces sommes ont été réglées au profit d’un nombre total de 10 029 fournisseurs et prestatairessur le territoire national. Elles se composent de 465,30 milliards de francs CFA de reliquat des dépenses liées à l’exercice 2017 et de 581,22 milliards de francs CFA de dépenses au titre de la gestion 2018.

Par ailleurs, il convient d’indiquer que, sur l’ensemble des sommes allouées à l’apurement des créances des entreprises, un montant de 491,31 milliards de francs CFA représentant 47% de l’ensemble des paiements a été affecté aux dépenses de trois secteurs prioritaires de l’économie nationale. La répartition ainsi faite consacre 208,76 milliards de francs CFA pour le secteur des Infrastructures Economiques, 211,47 milliards de francs CFA au titre de l’Education et 71,09 milliards de francs CFA au profit du secteur de la Santé.

Ces décaissements traduisent la volonté du gouvernement de respecter ses engagements et surtout de dynamiser davantage le secteur de l’économie.


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

COTE D’IVOIRE/BUDGET 2019 : LE GOUVERNEMENT ENTEND RENFORCER SES ACTIONS EN VUE DE L’AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES POPULATIONS


Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via


Le budget 2019 s’équilibre en ressources et en dépenses à 7 334,3 milliards. Il enregistre une hausse de 578,1 milliards par rapport au budget 2018, soit une progression de 8,6%.

Soumis à l’examen des députés, le projet de loi de finances, portant budget de l’Etat pour l’année 2019 d’un montant de 7.334.334.007.906 FCFA a été adopté le 27 septembre dernier. La progression de 8,6% enregistrée reflète les ambitions du Gouvernement traduites dans le PND 2016-2020 et contribue ainsi à accélérer l’atteinte des objectifs d’émergence de la Côte d’Ivoire. En effet, ce budget met un accent particulier sur la continuité des actions d’accroissement de l’offre d’infrastructures socio-économiques ainsi que des services de base de qualité ; notamment dans le système éducatif et dans le secteur de la santé de façon équitable et accessible. Par ailleurs, il consacre un appui notable au renforcement de la sécurité à travers la mise en œuvre des lois de programmation militaire et de sécurité. Ce budget accorde également une place prépondérante à l’amélioration de l’accès à l’eau potable, à l’électrification rurale, à l’assainissement et favorise davantage la création d’emplois en particulier des jeunes. En somme, le budget 2019 sera focalisé essentiellement sur l’accroissement des actions de lutte contre la pauvreté et la réduction des disparités sociales. Il est à noter que des mesures adéquates d’encadrement des acteurs de la dépense, visant la bonne exécution budgétaire, seront mises en œuvre en vue d’atteindre les objectifs visés. Dans cette optique, les réformes nécessaires à l’amélioration de la performance du recouvrement des ressources seront poursuivies et le contrôle a priori sera renforcé. En outre, le respect de la discipline budgétaire et l’amélioration de la capacité d’absorption des crédits liés à l’investissement feront l’objet d’un suivi particulier. Par ailleurs, les dispositions en cours seront poursuivies en vue d’un accroissement progressif du budget.

A travers donc ce budget, le gouvernement entend renforcer ses actions en vue de la transformation structurelle de l’économie et de l’amélioration continue des conditions de vie des populations.

Observations, Préoccupations ou Suggestions? Saisissez-nous via

Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056(057) / ccesp@aviso.ci

TRANSPORT AÉRIEN EN COTE D’IVOIRE : UN SECTEUR EN PLEIN ESSOR



Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


Classée parmi les locomotives économiques  de l’Afrique de l’ouest, la Côte d’Ivoire dispose  d’infrastructures de grandes qualités notamment dans le  secteur aérien.

Dotée de trois aéroports internationaux possédant les infrastructures nécessaires pour accueillir tous types d’avions dont, les gros porteurs. Il s’agit de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny situé à Abidjan dans la commune de Port-Bouët. Le plus grand aéroport ivoirien,abrite le siège de la compagnie aérienne Air Côte d’Ivoire. Avec une capacité d’accueil de deux millions de passagers par an, c’est plus d’un million et demi de passagers qui transitent par cet aéroport.

Le second aéroport avec une capacité inférieure à celui d’Abidjan, est l’aéroport de Yamoussoukro, qui permet d’accueillir des vols internationaux grâce à une piste d’atterrissage de plus de 3000 m. Quant à l’aéroport de Bouaké, il est à la fois un aéroport civil et militaire. Il a été réhabilité afin de développer les transports au sein de la Côte d’Ivoire.  Outre ces aéroports, de nombreuses villes du pays disposent elles aussi d’un aérodrome et de piste d’atterrissage. Ce sont entre autres Abengourou, Bocanda, Boundiali, Dimbokro, Ferkessédougou, Gagnoa, Korhogo et Man.

Notons que la Côte d’Ivoire est desservie par de nombreuses compagnies aériennes telles qu’Air France,Turkish Airlines, Royal AirMaroc, Air Algérie, Egyptair, Emirates, Corsair, Kenya Airways ainsi que Ethiopian Airlines. Cette dernière compagnie rallie aujourd’hui la Côte d’Ivoire aux Etats Unis par vol direct depuis officiellement le mois de mai 2018. Cette belle avancée est le fruit d’un accord signé le 10 janvier 2018 entre la Côte d’Ivoire et ladite Compagnie. Au nombre des objectifs de cette collaboration, figurent la facilitation des échanges et les partenariats économiques entre les deux pays ; la participation de la diaspora ivoirienne vivant aux Etats-Unis d’Amérique au développement du pays ; et surtout, le renforcement de la compétitivité de l’aéroport international d’Abidjan.

La question du transport aérien est un des axes majeurs de la 5ème édition des «Rencontres Sectorielles » dédiées au secteur des Transports et initiée par le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État – Secteur Privé (CCESP).

La cérémonie de restitution des Rencontres Sectorielles prévue à cet effet, ce mercredi 12 décembre à partir de 14h30 au Sofitel Hôtel Ivoire portera sur le thème : « Contribution du dialogue public-privé à la performance du secteur des transports ». Cette rencontre qui verra la présence effective du Ministre Amadou Koné, Ministre des Transports, offrira l’occasion au comité scientifique mis en place de restituer les résolutions de leurs travaux.


Vous avez une préoccupation, une observation ou une suggestion en liaison avec un des secteurs (aérien, maritime, routier et ferroviaire) des transports en Côte d’Ivoire? Faites-le savoir en renseignant le formulaire dédié via ce lien: RS_TRANSPORTS


Le Secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

 ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@aviso.ci

E-DÉMARCHES ADMINISTRATIVES.

@iccesp_saisine

Bonjour,

Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé (CCESP), à travers le Ministère de la Modernisation de  l’Administration et de l’Innovation du Service  Public et en collaboration avec le Ministère de la Communication  de l’Economie Numérique et de la Poste, vous informe du lancement du projet de dématérialisation des procédures administratives dénommée « e-Démarches Administratives ».

Ce projet qui concerne les cibles institutionnelles (Etats et ses démembrements) et non institutionnelles (Citoyen et les entreprises), consiste en la création d’un « guichet unique virtuel » qui diffuse l’information sur les procédures administratives et permet l’obtention en ligne des autorisations et documents administratifs.

« e-Démarches Administratives » s’inscrit dans le cadre du programme eGOUV et vise la modernisation de l’Administration Publique ainsi que l’amélioration de la qualité des services offerts aux citoyens.

A ce jour, le portail dédié (www.servicepublic.gouv.ci) décrit plus de 300 procédures administratives  dont 36 entièrement dématérialisées.

Les procédures dématérialisées concernent  quatre (04) ministères :

  • Le Ministère en charge de l’Education Nationale à travers la Direction des Examens et Concours (DECO) ;
  • Le Ministère du Tourisme à travers la Direction du Guichet Unique du Tourisme;
  • Le Ministère en charge de l’Agriculture à travers la Direction de la Production Végétale et du Contrôle de la Qualité;
  • Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique à travers le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Cocody.

Les prochaines étapes du projet se résument à la phase de généralisation du projet qui consiste à :

  • L’actualisation des procédures non encore dématérialisées ;
  • Le recensement de procédures ne figurant pas sur la liste des 300 ;
  • La dématérialisation progressive par vague des procédures recueillies.

Pour toute information complémentaire, merci de consulter le portail www.servicepublic.gouv.ci  ou joindre la Direction Générale de la modernisation de l’Administration au : Tél: (225) 20 21 13  24 / 07 85 23 80 / 07 77 59 12 / 09 01 35 97

 

Le secrétaire Exécutif

Mariam FADIGA FOFANA

Saisissez-nous : @iccesp ou faites connaitre les atouts économiques de votre localité ou de votre domaine d’intervention : OPCI

 

ENSEMBLE POUR UNE ECONOMIE PERFORMANTE

www.ccesp.ci / +225 20 221 125 – +225 20 242 056 (057) / ccesp@ccesp.ci

copyright oct 2017.

logo jnp_signaturev2